L’info en continu

    • vendredi 22 mars
    • 10h16

      Le bureau de coordination nationale de l’Association des élèves et étudiants du Mali, (AEEM) organise du 21 au 23 mars 2019 la 18ème édition de la Semaine nationale des élèves et étudiants du Mali, sur la colline de Badalabougou. Différentes activités sont au programmes durant ces journées culturelles, à savoir des compétitions de sketches, des concours de Miss ou encore des chorégraphies inter-universités, écoles et instituts. Pour les écoles participantes, on peut citer l’Ensup et l’ENI. Quant aux instituts, l’INFPS, l’INFSS, l’INA, l’INGS et l’IPR seront également représentées. Concernant les facultés des autres universités de Bamako, l’ULSHB, l’USJPB, la FST, la FMOS, et l’USGB prendront aussi part aux différentes activités, ainsi que l’Université de Ségou. « Rôle de l’AEEM dans la lutte contre la violence en milieu universitaire », c’est le thème choisi cette année pour ce rendez-vous annuel. « Nous voulons montrer aux camardes que la violence ne sert à rien et c’est également une méthode pour essayer de la bannir au sein de notre espace », souligne Balla Guindo, président de la Commission d’organisation. La soirée de clôture, fixée au 23 mars 2019 à partir de 21h, se déroulera sous l’Acropole de la FST, avec au menu l’élection de la Miss, suivie d’un diner de gala. La Semaine des élèves et étudiants du Mali est organisée chaque année pour accroitre l’expression culturelle des jeunes dans le monde estudiantin.

    • 09h40

      Le Conseil de sécurité des Nations Unies est en visite au Mali ce vendredi. Il tiendra une conférence de presse demain à l’hôtel Sheraton pour faire part de ses observations sur l’Accord pour la paix et la réconciliation. L’organe de l’Organisation des Nations, sous présidence française, a indiqué il y a un mois se rendre en mars au Mali et au Burkina Faso, où la situation sécuritaire demeure préoccupante. Aucune date spécifique n’avait alors été arrêtée, mais à l’issue des travaux de la 33ème session du CSA, qui a pris fin le 18 mars, la Représentante spéciale adjointe du SG de l’ONU, Mme Joanne Adamson, a indiqué que le « rapport du Secrétaire général des Nations Unies sera sujet à discussion le 29 mars 2019 à New-York, et précédé d’une visite du Conseil de sécurité au Mali. Dans ce rapport, nous avons constaté des progrès depuis 6 mois », a-t-elle ajouté. À la mi-janvier, les membres du Conseil de sécurité avaient affirmé dans une déclaration adoptée à l’unanimité être « de plus en plus impatients » à l’égard des parties maliennes face aux retards pris dans l’application de l’accord de 2015. « Davantage a été accompli au cours des six derniers mois que depuis l’Accord de 2015 », affirme Antonio Gutteres, le Secrétaire général de l’ONU. Toutefois, il souligne que « malgré l’importance des initiatives prises au niveau international, les conditions de sécurité ont continué de se dégrader, ainsi qu’en témoigne l’augmentation du nombre d’attaques terroristes visant les forces nationales et internationales, la MINUSMA et la population civile depuis 2016 (183 attaques en 2016, 226 en 2017 et 237 en 2018) ».

    • jeudi 14 mars
    • 17h50

      Dans le cadre de ses journées annuelles dénommées « Coris Days », Coris Bank International Mali a procédé jeudi 14 mars 2019 à des remises de dons à l’endroit de la Protection civile du Mali et de la Direction du service social des armées. D’une valeur totale combinée de 8 millions FCFA, ces dons composés, non seulement de vivres en mais aussi de matériels de bureau et d’équipements de travail sont respectivement destinés aux veuves des militaires et aux agents de la protection civile.

    • 10h31

      Le Mali sera à l’honneur du Village international de la gastronomie et des cuisines populaires, du 21 au 24 mars 2019 au pied de la Tour Eiffel, sublime écrin pour magnifier le pays, sa cuisine, sa culture. Autour de la cheffe Fatoumata Kouyaté, qui propose des services traiteur, les participants seront invités à se délecter de plats maliens. Créé en 2016 pour la fête de la gastronomie, le village porte le désir de reprocher les pays autour de la gastronomie populaire. Trois jours d’échanges, de rencontres, de shows et de conférences. 80 pays participent à l’édition 2019. Selon Anne Laure Descombin, conceptrice de l’évènement, « il rassemble les peuples, permet le métissage culinaire, culturel. Il nous fait revisiter le folklore de chacun dees pays. Avec la présence des plus grands chefs français et étrangers, cet événement est une invitation au voyage, une découverte par la porte de la cuisine ».

    • 10h26

      Le 11 mars s’est tenue à Nouackchott, en Mauritanie, l’Assemblée constituante de l’Union des organisations des employeurs du G5 Sahel. La réunion a permis d’examiner les statuts de la nouvelle Union et d’élire ses instances dirigeantes. Lors de cette rencontre, des représentants des pays membres de l’organisation ont réfléchi à la mise en place d’un mécanisme institutionnel d’échanges commerciaux entre les différents pays. La création de cette Union « vise à faire du secteur privé un moteur de la renaissance économique et sociale dans les États membres et à accompagner les efforts communs dans le domaine du renforcement de la sécurité et du développement dans les pays de la région », a indiqué le ministre mauritanien du Pétrole, de l’énergie et des mines, Mohamed Abdel Vettah. Selon lui, cette approche s’inscrit dans la droite ligne du Programme d’investissements prioritaires qui bénéficie du soutien des partenaires de l’organisation. La première phase de ce programme s’étale sur la période 2019 – 2021 et compte 40 projets sectoriels, focalisés sur les axes de la sécurité, de la gouvernance, des infrastructures et du développement humain. La création de cette association patronale intervient à un moment où la force conjointe G5 Sahel se fait timide dans la lutte contre les groupes armés terroristes. Des problèmes financiers et matériels la handicapent et l’empêchent d’atteindre sa pleine opérationnalisation. En attendant, ce sont la force Barkhane et les forces armées des pays concernés qui subissent les attaques des groupes terroristes, toujours redoutables.

    • 10h25

      L’Afrique Excelle, l’édition francophone d’XL Africa, l’accélérateur de start-up technologiques de la Banque mondiale, donne son coup d’envoi à Bamako, au Mali. Du 24 au 30 mars 2019, les entrepreneurs auront la possibilité d’établir des contacts et de s’instruire auprès d’experts du secteur, d’accroître leur visibilité régionale et d’entrer en contact avec de potentiels investisseurs et entreprises partenaires. L’Afrique Excelle, adaptation francophone d’XL Africa, vise à favoriser une relation étroite entre entrepreneurs d’Afrique francophone et anglophone, tout en soutenant ceux évoluant dans des écosystèmes numériques moins développés, en particulier ceux de certains pays fragiles, comme la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, le Togo et le Mali. Les start-up d’Afrique Excelle sont spécialisées en technologies liées à l’inclusion financière, la santé, les transports, les technologies vertes, etc. Les société participant au programme commercialisent déjà leurs produits ou services, affichent un chiffre d’affaires solide et sont bien positionnées en terme de croissance. À l’issue de la formation de Bamako, les 10 meilleures bénéficieront d’une deuxième semaine résidentielle, à Paris en mai 2019. Grâce à la participation d’investisseurs africains de premier plan, Afrique Excelle aidera ces start-up à lever des fonds compris entre 250 000 et 5 millions de dollars.

    • mardi 12 mars
    • 11h25

      Deux soldats français de la force Barkhane ont été sérieusement blessés dimanche dans l’attaque de leur campement temporaire dans le centre-est du Mali, près de la frontière avec le Niger, a annoncé lundi 11 mars l’état-major français. Les deux blessés ont depuis été évacués vers un hôpital militaire en région parisienne.

    • vendredi 08 mars
    • 11h19

      Le ministère des Transports et la Société d’interventions financières (SIFI – SA) ont signé un partenariat industriel et financier le 1er mars 2019. L’objectif est le renouvellement du parc automobile de la capitale et l’amélioration du transport urbain et interurbain. À terme, le programme devra permettre de renouveler le parc de bus et de minibus dédiés au transport dans la capitale et entre les capitales régionales. Ce à travers le montage et l’assemblage local de ces engins, l’entretien technique, dans le cadre du service après-vente, mais aussi la recherche. Le groupe SIFI, qui revendique une expérience de 18 ans au Sénégal, compte mettre cette expertise au profit des acteurs maliens pour juguler les difficultés du transport urbain et interurbain. Il s’agit de mettre en place les moyens nécessaires à l’assemblage de bus et minibus destinés au transport dans la capitale et les régions. La société s’engage également à aider les organisations de transporteurs, avec l’appui de l’État, à acquérir ces moyens de transport à des coûts « raisonnables ». Des moyens de transport totalement différents de ceux actuellement utilisés, précisent les responsables de la société. Cette signature de partenariat doit être suivie d’ici à 2 mois de la finalisation de l’étude de faisabilité de l’usine d’assemblage de bus et minibus dont l’installation devrait être effective d’ici quelques mois, notamment à Bamako. Les autorités en charge du Transport, pour leur part, espèrent que cette nouvelle donne mettra fin au calvaire du transport urbain, caractérisé par le vieillissement des véhicules.

    • vendredi 01 mars
    • 10h31

      L’analyse des comptes extérieurs du Mali, révélée à la faveur de la Journée annuelle des comptes extérieurs par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (BECEAO), le 25 février 2019, a démontré un creusement du déficit commercial en 2017. « La vulnérabilité du pays face à la hausse des cours des produits pétroliers » était le thème de cette journée. Ces importations, en nette croissance, ont été estimées à 572 milliards de francs CFA, soit 27,3% du total. Le déficit courant, à 7,9% du PIB en 2017, était de 7,2% en 2016, toujours supérieur aux critères de convergence de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA). Si la hausse s’explique par les contreperformances enregistrées dans les échanges commerciaux, le déficit a été en partie résorbé par les flux importants de capitaux publics et privés, plus importants en 2017. Le déficit de la balance commerciale s’est établi à 101,5 milliards de francs CFA, contre 317,8 milliards en 2016. Par ailleurs, les exportations se sont élevées en 2017 à 1 686 milliards de francs CFA, en hausse de 0,6%. L’or arrive en tête avec 69,7% (1 175 milliards). Suivent le coton avec 13,3% (223 milliards), le cheptel 6,5% (108 milliards), les engrais à 2,6 et 0,4% pour les mangues. Ces produits ont été destinés à 61,9% à l’Afrique, 11,2% à l’UEMOA, 23,2% à l’Europe et 14,5% à l’Asie. Dans le même temps, les importations se sont élevées à 2 095,4 milliards de francs CFA. Ces produits viennent d’Afrique pour 46,3%, d’Europe pour 25,9% et d’Asie pour 21,5%.

    • 10h30

      Le 25 février, Benjamin Netanyahu s’est exprimé devant la Conférence des présidents de la mission annuelle israélienne des principales organisations juives américaines dans un hôtel de Jérusalem. Au cours d’un discours de 30 minutes, il a présenté aux participants un diaporama des réalisations israéliennes dans divers domaines, y compris la diplomatie. En rouge se trouvaient les « pays arabes », avec lesquels Israël n’a aucune relation formelle. Le Mali et le Niger étaient colorés en beige, ce qui, selon la légende de la carte, indique qu’Israël a « des relations potentielles » avec eux. Le Mali a rompu ses liens avec Israël en 1973, suite à la guerre du Kippour. En juin 2017, Netanyahu a rencontré le Président Ibrahim Boubacar Keita lors d’une conférence régionale au Libéria et les deux dirigeants se sont « accordés sur le réchauffement des relations » entre les deux pays, a déclaré le bureau du Premier ministre. Le mois dernier, Netanyahu s’est rendu à N’Djamena pour rétablir les relations diplomatiques avec le Tchad. Yoram Elron, directeur général adjoint du ministère des Affaires étrangères pour l’Afrique, avait alors déclaré à la radio militaire qu’Israël « espère que le Mali sera le prochain pays avec lequel nous renouerons nos relations ». Une visite du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga avait été évoquée. Dans notre parution du 31 janvier 2019, la ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale réaffirmait pourtant le soutien du Mali à la cause palestinienne.

    • 09h30

      Selon une vidéo obtenue par la chaine d’information France 24, le chef de la katiba du Macina, Amadou Koufa serait toujours vivant. Sur la vidéo il apparaitrait en bonne forme, avant de démentir sa propre mort lorsque la question lui est posée par le représentant de la branche médiatique d’Aqmi. A Paris, l’état-major assure procéder à l’analyse de la vidéo, et cherche à vérifier l’authenticité du message.

    • mercredi 27 février
    • 12h24

      Le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a reçu Soumaïla Cissé, son adversaire au second tour de la présidentielle de juillet 2018, le mardi 26 février dans la soirée.

    • lundi 25 février
    • 10h14

      Le tirage au sort de la Coupe du monde des moins de 20 ans a été effectué hier dimanche par la FIFA. Le Mali, champion d’Afrique se trouve dans la poule E, en compagnie du Panama, de l’Arabie Saoudite, champion d’Asie U19 et de la France. La compétition se tiendra en Pologne du 23 mai au 15 juin.

    • 09h48

      Une attaque à la voiture piégée a visé dans la nuit de samedi à dimanche le camp militaire et le poste de contrôle de Koulikoro, une ville située à 60 km au nord de Bamako, a annoncé dimanche le ministère de la Sécurité, soulignant que deux terroristes ont été tués lors de l’attaque.L’attaque a eu lieu peu avant 4h du matin et selon le ministère de la Sécurité, « deux présumés terroristes ont été tués. Deux militaires maliens ont été blessés ainsi qu’un civil ».

    • vendredi 22 février
    • 13h49

      Dans l’après-midi du 21 février, les forces armées françaises de l’opération Barkhane ont conduit une opération dans la région de Tombouctou. Le bilan de cette action est de onze terroristes mis hors de combat, dont Yahia Abou el Hamman connu aussi sous le nom de Jamel Okacha.

    • jeudi 21 février
    • 10h35

      Le mouvement « SOS cheminots » organise ce jeudi 21 février 2019 une conférence de presse au camp des cheminots grévistes à la gare pour apporter un soutien à ces derniers et appeler les autorités à décanter la situation. Choqués par le dernier décès en date de l’un des cheminots grévistes, des jeunes de tous bords et des personnes sensibles à leurs difficultés se sont mis ensemble pour créer ce regroupement circonstanciel, dont le slogan est « Les cheminots meurent à petit feu ». Lors de la conférence, un appel, « Soyons cette chaine de solidarité autour des cheminots », sera lancé à l’endroit de toutes les bonnes volontés afin d’attirer encore plus l’attention et la solidarité sur la regrettable situation des cheminots, qui n’a que trop duré. « Nous avons tous les engagements que l’État a pris vis-à-vis des cheminots. Il s’agit de le rappeler et surtout d’appeler l’État à s’exécuter. Ce n’est pas un mouvement contre, c’est un mouvement d’appel », affirme Mamedy Dramé, porte-parole de « SOS Cheminots ». La conférence de presse verra la participation effective de quelques cheminots, qui auront à parler d’eux-mêmes et à expliquer ce qu’ils endurent depuis le début de leur grève de la faim. Actuellement, les cheminots étant en pourparlers avec le gouvernement, « SOS cheminots » espère que les deux parties trouveront enfin une issue favorable. « Mais s’il n’y a rien à l’issue de cette négociation et que les cheminots décident de maintenir le camp, nous allons réfléchir à d’autres actions », précise le porte-parole du mouvement.

    • 10h33

      Les activités de la Semaine culturelle de l’Association des élèves et étudiants ressortissants du cercle de Koutiala ont démarré le 18 février 2019 dans la commune rurale de Kouniana, cercle de Koutiala. Selon les responsables de ce regroupement, l’objectif est de contribuer au développement et à la promotion de la culture de la localité. Au programme de cette semaine, des prestations artistiques, la remise de kits scolaires aux élèves, une cérémonie de don de sang et une série de reboisements à Kouniana et à Koutiala ville. À noter que l’association a été créée depuis plus de dix ans dans le but de rassembler les autochtones de la ville de l’Or blanc pour promouvoir son développement. Et il faut également rappeler que le bureau de cette association est renouvelable chaque année. Il est composé d’étudiants de différentes facultés du Mali et des écoles supérieures originaires du cercle de Koutiala.

    • 10h31

      Les responsables de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) se sont exprimés mardi à Lomé sur le débat sur le franc CFA ravivé depuis quelques semaines par les déclarations de certaines autorités italiennes. Kossi Ténou, Directeur national de la Banque centrale, était accompagné d’Aminata Fall Niang, Directrice générale de l’organisation et de Danielle Benoist, la conseillère en communication du Gouverneur de la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné. Reconnaissant que le franc CFA « est une monnaie qui est un héritage de l’époque coloniale », M. Ténou a insisté sur le fait qu’il « a été africanisé », le qualifiant de « monnaie enviée de par le monde ». Peu avant ses déclarations, un film documentaire sur le franc CFA et son histoire avait été diffusé, mettant l’accent sur les réformes mises en place par Abdoulaye Fadiga, premier Gouverneur africain de la Banque centrale. « Nous avons une monnaie solide, qui assume parfaitement les fonctions qu’une monnaie doit assumer, en particulier la fonction de réserve de valeur et donc de stabilité des prix. C’est cette stabilité des prix qui assure un niveau d’épargne consistant, qui assure les investissements et donc la croissance économique », a conclut le responsable de la Banque centrale.

    • 10h28

      Les deux ex-otages, Makan Doumbia, préfet de Tenekou et Issiaka Tamboura ont été reçus mercredi 20 février au palais de Koulouba par le président de la République Ibrahim Boubacar Keita. Le compte de la Présidence précise que les deux hommes sont venus saluer et remercier le chef de l’État pour les efforts déployés par son gouvernement dans le dénouement heureux de la situation.

    • mardi 12 février
    • 11h20

      Sur invitation de son homologue malien Soumeylou Boubeye Maiga, le Premier ministre français Édouard Philippe effectuera du 22 au 23 février une visite de travail au Mali. Il sera accompagné du ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères, Jean Yves le Drian, de la ministre des Armées Florence Parly, du sécretaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur Laurent Nunez et d’une importante délégation du MEDEF.

    • jeudi 07 février
    • 09h50

      Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita accompagné de son épouse Keita Aminata Maiga, se rend à Berlin le Jeudi 7 février 2019. Sur invitation de la chancelière allemande, Angela Merkel, le chef de l’État effectuera une visite officielle de 72 heures en Allemagne. Les dossiers au centre des échanges, porteront notamment sur la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, la défense et sécurité, la migration ,l’investissement.

    • jeudi 31 janvier
    • 09h17

      Alors que la campagne cotonnière se referme dans la zone CMDT de Koutiala, celle des « transformateurs » s’ouvre. Des dizaines d’usines transforment la graine de coton en huile alimentaire et aliments bétail. Outre les difficultés pour acquérir la matière première produite par la CMDT, et insuffisante pour couvrir les besoins, les industriels de la Fédération nationale des producteurs d’huile et d’aliments bétail (FENAPHAB) sont confrontés aux contraintes liées à l’importation. Située à environ 315 km de Bamako, « la ville usine » de Koutiala compte des dizaines d’unités, dont seulement « 2% se trouvent dans la zone industrielle », explique M. Boubacar Sidiki Diabaté, Secrétaire général de la FENAPHAB. En effet, la ville s’est développée autour des premières unités, qui ont fini par se retrouver en plein centre. Outre cette contrainte majeure, la FENAPHAB, qui a acquis toute la production de coton graine de la CMDT pour un montant de 37 milliards de francs CFA, doit importer le reste de ses besoins en matières premières de la sous-région. Avec des prix variant d’une région à l’autre et le paiement de « frais indus », selon ses responsables. Malgré leurs 30 millions de litres d’huile alimentaire et les 300 000 tonnes d’aliments bétail, les producteurs se plaignent d’une « concurrence déloyale » des produits importés et du coût élevé de l’énergie. Pour faire face aux difficultés, ils envisagent une confédération des producteurs de la sous-région, afin « d’uniformiser les taxes et de supprimer la TVA dans la zone UEMOA », et la diversification.

    • 09h15

      Dans un communiqué rendu public le 29 janvier, la Mission des Nations Unies au Mali et le Haut-commissariat de l’ONU aux Droits de l’Homme détaillent les conclusions de leurs enquêtes sur l’attaque du village de Koulogon – Peul, dans le cercle de Bankass. Cette incursion armée avait causé la mort de 37 personnes. « Dans le but d’établir les faits, de déterminer les circonstances de l’attaque, d’identifier les auteurs présumés et d’établir les responsabilités », une équipe de la MINUSMA et du HCDH a mené du 7 au 11 janvier une enquête. Au terme de leurs investigations, les deux organisations concluent « que, le 1er janvier 2019, une centaine d’individus armés, identifiés comme des chasseurs traditionnels (dozos), appuyés par d’autres individus venant des villages avoisinants, ont mené une attaque planifiée, organisée et coordonnée à l’encontre de la population peule du village de Koulogon Peul ». Au cours de cette attaque « les dozos ont sommairement exécutés 36 civils », dont une femme et quatre enfants.

    • mercredi 30 janvier
    • 10h45

      L’union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a levé, le mardi 29 janvier 2019, son mot d’ordre de grève de 5 jours allant du 11 au 15 février 2019. Cette levée du mot d’ordre de grève intervient après un accord trouvé avec le gouvernement sur 11 points de revendication et un accord partiel sur un point.

    • samedi 19 janvier
    • 17h53

      Un hélicoptère de l’armée malienne s’est écrasé ce samedi . L’incident est survenu vers 11 heures sur la place d’armes de Kati alors que l’appareil effectuait un vol d’entrainement en prélude de la fête de l’armée. Un communiqué du ministère de la Défense précise que la vie de l’équipage est hors danger.

    • jeudi 17 janvier
    • 16h46

      Ce jeudi 17 janvier, l’UNTM a déposé un nouveau préavis de grève. Après une première grève de 72 heures, la centrale syndicale entend cette fois-ci observer une grève de 5 jours (11 au 15 février 2019).

    • lundi 14 janvier
    • 11h40

      Le Président de la République Ibrahim Boubacar KEITA est à Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis) pour prendre part à la semaine du développement durable. En marge de cet évènement, le chef de l’Etat s’est entretenu avec le prince héritier d’Abu Dhabi, Cheick Mohamed Bin Zayed autour du renforcement de la coopération entre les deux pays. Par ailleurs, un accord de 25 millions de dollars a été signé entre les deux pays, pour financer des projets au Mali.

    • mardi 08 janvier
    • 10h22

      le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, était face aux députés avec des membres de son gouvernement, ce lundi. La situation sécuritaire au centre du pays, était au cœur des discussions. Répondant aux préoccupations des représentants du peuple, le chef du gouvernement a évoqué le renforcement de la présence militaire dans le centre du pays.Soumeylou Boubèye Maiga a parlé du recrutement dans l’armée de 3000 hommes afin de déployer un bataillon d’ici la fin du mois pour instaurer la sécurité dans cette partie du Mali.Sur la question du désarment des milices, le chef du gouvernement a indiqué que 600 jeunes se sont déjà enregistrés dans le cadre du  » DDR » (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion) des ex – combattants dans le centre du Mali.

    • lundi 31 décembre
    • 10h46

      Les obsèques de Seydou Badian Kouyaté, grande figure politique et culturelle du Mali et médaillé d’or de l’indépendance, ont été programmées pour le jeudi 3 janvier 2019 à 16 heures à Bamako sur le Boulevard de l’indépendance.

    • 10h05

      Lors du deuxième congrès de l’ASMA-CFP qui s’est tenue le week-end, le Premier ministre et président du parti Soumeylou Boubeye Maiga a rappeler qu’il n’y a aucune barrière objective entre les différentes formations politiques du pays. Il assure également avoir noté que la main tendue du président de la République Ibrahim Boubacar Keita ne rencontrera plus le vide.

L’Hebdo - édition du 23.05.2019
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité