L’info en continu

    • jeudi 02 juin
    • 16h07

      Religion: 21 cardinaux seront créés le 27 aout prochain. C’est l’annonce faite par le Pape François dimanche 29 mai 2022 à l’issue de la prière du Regina Caeli. Ces futurs cardinaux viennent des quatre continents. Parmi eux, deux africains: nosseigneurs Peter Ebere Okpaleke, évêque d’Ekwulobia au Nigeria, et Richard Kuuia Baawobr, évêque de Wa au Ghana. Cette nouvelle a été accueillie avec une grande joie dans l’Eglise-Famille de Dieu en Afrique de l’Ouest.

    • mercredi 01 juin
    • 14h02

      Société: Les habitants de Koulouninko, un quartier périphérique de la Commune III, dans la capitale malienne, ont repris à leur compte l’adage africain : «Un peuple, qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture, ressemble à un arbre sans racines». Ils n’entendent pas s’écarter de certaines pratiques léguées par leurs ancêtres et qui résistent toujours à l’épreuve du temps, comme l’organisation de fête traditionnelle dans le quartier, chaque année. Cette fête est une tradition qui remonte à avant 1900. Selon les organisateurs, le but est de renforcer la paix et la cohésion sociale entre les habitants de Koulouninko eux-mêmes mais, aussi. avec les villages ou quartiers voisins, pour le développement de la Cité.

    • 13h58

      RN16: Des cars de transport de plusieurs compagnies sont bloqués sur l’axe Douentza-Gossi depuis près d’une semaine. Des sources locales rapportent que des hommes armés les empêcheraient de poursuivre leur trajet. Les populations des deux localités demandent aux autorités de leur venir en aide. Ces cars sont stationnés tout au long de la route nationale 16 dans la ville de Douentza avec des passagers à bord, confirment des témoins sur place. Cette route relie Sevaré à Gao. Ils ont été stoppés par des hommes armés qui encerclent les villes de Boni et Nokara dans la région de Douentza, précisent-ils. Les autorités locales et une ONG de Douentza auraient apporté de l’aide aux passagers sur le plan alimentaire, selon un habitant qui a requis l’anonymat. Cette même source affirme que ce mardi dans la matinée, des passagers ont décidé de retourner à Sévaré et d’autres ont préféré emprunter des véhicules personnels pour se rendre à Hombori. Source média

    • 13h53

      Santé : Le siège de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba abrite, ce mercredi, la première session ordinaire de la Conférence des Etats parties au traité de l’Agence Africaine du Médicament (AMA). Lors de cette réunion, présidée par le ministre sénégalais de la Santé, il sera procédé à la discussion et l’examen du rapport d’évaluation des offres pour l’accueil du siège de l’AMA.

    • 13h53

      Culture: Après plus de 40 ans de carrière théâtrale, Madou Wolo ne rempilera pas. Il veut montrer la voie aux jeunes humoristes. C’est la raison pour laquelle il s’est lancé dans des spectacles, qu’il met en scène, avec la jeune génération.

    • vendredi 27 mai
    • 22h25

      Tech: La 2ème édition de la Conférence internationale sur la RSE (Responsabilité sociétale des Entreprises s’est tenue vendredi 27 mai 2022 au Centre international de Conférences de Bamako (CICB). Organisée par l’IRSE (l’institut dédiée à la thématique au Mali), elle a mobilisé de nombreux participants à travers des panels de haut niveau animés par d’éminents experts.

    • 16h18

      Mines: le canadien B2Gold veut racheter Oklo Resources et son portefeuille d’exploration pour 65 millions de dollars. Au Mali, le projet aurifère Dandoko, où la junior minière australienne Oklo Resources a déclaré en 2021 une ressource minérale de 11,3 millions de tonnes, pourrait bientôt changer de propriétaire. C’est le canadien B2Gold qui a jeté son dévolu sur l’actif, l’un des plus prometteurs du pays, en concluant un accord pour racheter Oklo et tout son portefeuille d’exploration pour un montant estimé à 91,3 millions de dollars australiens (environ 65 millions de dollars)

    • 16h07

      Tennis : Après son sacre à Lomé au championnat par équipe ITF / CAT de l’Afrique de l’ouest et de centre des 12 ans et moins (du 14 au 18 avril 2022), l’équipe nationale des minime du Mali avec à sa tête le Président de la Fédération Malienne de Tennis Amadou TOGOLA a été reçue le jeudi 26 mai par le Ministre de la Jeunesse et des Sports chargé de l’Instruction Civique et de la Construction Citoyenne Mossa Ag ATTAHER.

    • 16h03

      Football – Éliminatoires CHAN 2023 : Le Mali finaliste de la dernière édition du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) est exempté du premier tour des éliminatoires du CHAN 2023 qui se jouera en Algérie. Ainsi, le Mali croisera le fer avec le vainqueur de la rencontre Sierra Lionne – Cap Vert au second tour qui se prévu en match aller les 26 et 28 août et en match retour les 2 et 4 septembre 2022. Le tirage au sort des éliminatoires a été fait le 26 mai 2022 au Caire en Egypte par la Confédération africaine de football (CAF). C’est donc à l’issue de ce second des éliminatoires que les poulains de Nouhoum Diané vont valider l’un des tickets de la « Zone ouest A » pour la phase finale de la 7ème édition du CHAN qui se jouera du 8 janvier au 5 février 2023 en Algérie rapporte la Femafoot.

    • 16h02

      Eliminatoires CAN 2023: Le 4 juin, le Mali débute sa campagne des éliminatoires pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, prévue l’an prochain en Côte d’Ivoire. Un démarrage à domicile face aux Diables rouges du Congo, avant le 9 juin un déplacement à Kampala pour y affronter le Soudan du sud. Dans cette poule, complétée par la Gambie, les Aigles du Mali devront finir au moins à la 2ème place pour se qualifier.

    • jeudi 19 mai
    • 15h42

      Déclaration : « Le Président du Togo a été choisi pour qu’il puisse faciliter. Il est difficile de s’engager sans avoir quelque chose en main. Nous n’avons jamais été aussi proches d’une solution. Mais, comme les sprinters le disent, les derniers cent mètres sont les plus difficiles. Il est important qu’un compromis ne se fasse pas sur le dos du Mali », Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, le 17 mai 2022

    • 15h41

      Déclaration : « Le G5 Sahel est mort. Depuis le second coup d’État au Mali, Bamako est dans une fuite en avant qui l’isole en Afrique et nous prive d’une stratégie concertée et coordonnée pour lutter contre le terrorisme », Mohamed Bazoum, Président du Niger, le 18 mai 2022

    • 15h40

      Société : 74 000, c’est le nombre d’ex combattants enregistrés par la Commission nationale de désarmement, démobilisation et de réinsertion de novembre 2016 à mai 2022

    • 11h04

      Sanctions de la CEDEAO : l’impact n’est pas que du côté malien. Ainsi, le Mali n’est pas le seul à souffrir des sanctions de la Cedeao. En tant que premier partenaire commercial du Sénégal, il fait entrer plusieurs milliards de francs CFA dans les caisses de l’Etat. Deux mois après la mise en œuvre de l’embargo, la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) a évalué les pertes du Sénégal à hauteur d’une vingtaine de milliards. « Il convient de noter que les exportations vers le Mali, sous embargo de la Cedeao depuis la première quinzaine du mois de janvier, ont diminué de 28,1 % (-24,2 milliards) entre décembre 2021 et janvier 2022, particulièrement celles des produits pétroliers (-20,6 %) et du ciment (-44,4 %) », indiquait en mars dernier cet organe du ministère sénégalais de l’Economie. Dans la même période, certains spécialistes renseignaient sur la position difficile du Sénégal d’appliquer cette décision au regard des enjeux économiques non négligeables. « Le Mali se trouve dans une situation extrêmement difficile et intenable. Mais les autres pays seront impactés, principalement son premier fournisseur qui est le Sénégal. Ce dernier a exporté (des biens et services) pour 470 milliards FCFA en 2020 et plus de 500 milliards en 2019. Donc les échanges entre le Mali et le Sénégal tournent par an autour de 500 milliards FCFA », affirmait pour APA Dr Souleymane Diakité, enseignant-chercheur à l’École nationale de la statistique et de l’analyse économique (ENSAE) de Dakar.

    • 11h01

      Coopération et sécurité : Le gouvernement allemand prolonge sa mission de combat au Mali et au Sahel. Berlin joue un rôle de plus en plus agressif dans la guerre par procuration menée par l’OTAN contre la Russie. Presque quotidiennement, le gouvernement fédéral annonce de nouvelles sanctions contre Moscou et la livraison de plus d’armes lourdes à Kiev. Mercredi, le cabinet a approuvé une extension massive de la mission de guerre allemande au Mali et dans toute la région du Sahel.

    • 10h59

      Pénurie de gazoil: Cela fait 15 jours, selon les calculs du taximan Kassim Diarra, que le Mali est confronté à une pénurie de gasoil. « Notre travail est à l’arrêt. On arrive même plus à faire des longs trajets avec nos Taxis par manque de carburant. Le vraiment problème est que, même pour en acheter, on peut faire une heure à la station à cause de l’affluence des demandeurs », explique-t-il. Tout comme lui son collègue, Ousmane Soumano, n’en démord pas. D’après lui leur résistance face à la montée du prix du gasoil s’estompe. « On arrivait à résister au début mais maintenant ça devient insupportable car non seulement c’est cher, mais on ne le trouve pas aussi. Tu peux parcourir des kilomètres sans en trouver dans une station », regrette-t-il. Cette flambée du prix du carburant a poussé les transports en commun a augmenté les prix du transport. Pour les Taximans, il n’y a pas d’augmentation fixe mais « le trajet qui coutait 2000f ne peut plus l’être », avise M. Soumano qui témoigne que plusieurs de ses collègues ont cessé de travailler parce que le taxi ne nourrit plus son homme. En outre des taxis, chez les Sotroma, le prix du transport a augmenté de 25f. Aussi, une conséquence de la pénurie du gasoil en croire, le chauffeur de l’engin vert, Sékou Coulibaly. « On achetait le 20 litres du gasoil à 15 000f mais actuellement, si on en trouve, c’est à 17500f voire 20000f. Avec cette montée, on a été obligé aussi d’arrondir le prix du transport de 25 f », explique-t-il.

    • 10h57

      Retrait du Mali du G5 Sahel : la Mauritanie réagit. Le gouvernement mauritanien a qualifié mercredi d’« injustifié » le retrait du Mali du groupe des cinq pays du Sahel (G5), estimant que cette décision malienne affecterait la situation sécuritaire dans la région. « Ce n’est un secret pour personne que lorsque le groupe des pays du Sahel a été créé, les problématiques majeures qui se dressaient devant le groupe, se trouvaient dans l’Etat du Mali », a déclaré le ministre mauritanien de l’Education nationale et de la Réforme du Système éducatif, porte- parole du gouvernement, Mohamed Melainine Ould Eyih, lors de la conférence de presse hebdomadaire tenue à l’issue du Conseil des ministres. Selon lui, la Mauritanie mettra tout en œuvre pour que le G5 Sahel surmonte les obstacles qui se dressent devant lui, en coopération avec d’autres partenaires, soulignant que Nouakchott reste toujours attachée à l’importance du G5 et de ses dimensions militaires et de développement. Dimanche dernier, le Mali a annoncé son retrait du G5 Sahel et de sa force militaire de lutte contre le terrorisme, pour protester contre le refus qui lui est opposé d’assurer la présidence de cette organisation régionale formée avec la Mauritanie, le Tchad, le Burkina et le Niger.

    • vendredi 13 mai
    • 09h25

      Opération Espoir Tous FAMAs : Nouvelle marche de soutien à l’armée. Le Collectif pour la défense des militaires, avec d’autres mouvements, associations et regroupements de la société civile du Mali, organise un « meeting géant » ce vendredi 13 mai 2022 à partir de 14h au Boulevard de l’Indépendance de Bamako. Manifestation d’envergure pour soutenir la montée en puissance des FAMAs dans leurs opérations contre le terrorisme, le rassemblement prévoit également de dire « non au renouvellement du mandat de la Minusma » dans le pays et le « retrait pur et simple du Mali du G5 Sahel ». Pour rappel, le Colonel Assimi Goïta devait occuper la présidence tournante de l’organisation sahélienne depuis fin février, mais la passation est bloquée en raison des turbulences entre Bamako et Paris. Une autre grande mobilisation est d’ailleurs prévue le même jour dans la capitale française, Place de la République, pour non seulement soutenir et défendre les opérations des FAMAs, mais également dire « non à la Cedeao, au franc CFA et à l’Accord d’Alger ». MK

    • jeudi 12 mai
    • 15h02

      Coopération – Mali : l’Allemagne va augmenter son contingent au sein de la Minusma.L’Allemagne va revoir à la hausse de 300 soldats son contingent actuel au sein de la Minusma, passant de 1100 à 1400, a indiqué mercredi 11 mai la porte-parole du gouvernement allemand, Christiane Hoffmann lors d’un point de presse. Cette augmentation, qui doit encore recevoir le feu vert du parlement allemand, est justifiée par une volonté de compensation du départ des forces françaises du Mali. D’ores et déjà, la réunion du Conseil des ministres à l’issue duquel s’est exprimée Christiane Hoffmann, a entériné la prolongation du mandat du contingent allemand au sein de la Minusma jusqu’au 31 mai 2023. Outre la Minusma, l’Allemagne était également engagée au Mali à travers la Mission de formation de l’Union européenne dans le pays. Mais en avril, elle avait annoncé la fin de sa formation à l’endroit des Forces armées maliennes, laissant toutefois toutefois la porte ouverte à une poursuite de son engagement au sein de la Minusma. Mohamed Kenouvi

    • 12h11

      Justice : Pour comprendre cette affaire, il faut remonter à l’année 2015. Nouvel épisode dans le bras de fer diplomatique entre Bamako et Paris. Le juge d’instruction du deuxième cabinet au tribunal de Grande instance de la Commune III du district de Bamako (Pôle économique et financier) a « invité » le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, à se présenter le 20 juin prochain à 8 heures, devant ladite juridiction pour « affaire le concernant ». Au bas de la convocation émise le 20 avril, le juge malien rappelle que cette affaire a un lien avec la « société civile et MP/C Jean Yves et Thomas, tous Le Drian, pour atteintes aux biens publics et autres infractions aux dépens de l’Etat du Mali ». Pour comprendre cette affaire, il faut remonter à l’année 2015. A l’époque, Jean Yves Le Drian, alors ministre français de la Défense, aurait fait pression sur l’alors président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita dit IBK pour que l’entreprise Oberthur Technologies (actuelle Idemia) obtienne le juteux marché des passeports biométriques pour une durée de quinze ans. Une « manœuvre » dénoncée par le mouvement Maliko (en français, l’affaire du Mali), constitué par plusieurs organisations de la société civile malienne qui a introduit une plainte déposée le 22 février auprès du pôle économique et financier de Bamako contre Jean Yves Le Drian et son fils Thomas, pour « complicité de prise illégale d’intérêts et favoritisme ». Le mouvement proche de la junte au pouvoir estime que « ces malversations ont conduit à porter atteinte aux deniers publics du Mali », littéralement les mêmes termes repris par le juge du 2e cabinet qui, à travers cette convocation risque d’envenimer davantage les relations déjà pourries entre la France et le Mali.

    • 12h10

      Insécurité : quatre soldats maliens sont morts dans l’explosion d’un engin explosif à Mopti. Un véhicule d’une unité des Forces armées du Mali (FAMa) en patrouille à Djenné a sauté sur un engin explosif improvisé. L’incident qui s’est déroulé ce jeudi 12 mai 2022 aux environs de 8h 54 minutes a fait quatre morts et un blessé selon un communiqué de l’armée malienne.

    • 12h08

      Politique : Le Mali, en turbulences diplomatiques avec l’Occident, notamment la France, est vu par certains Africains au travers du prisme de l’anticolonialisme. De ce fait, la situation du pays attise les réactions de ceux qui se déclarent panafricanistes, dont le reggaeman Tiken Jah Fakoly, qui y vit depuis 20 ans. Dans une interview publiée à Journal du Mali, il nous livre sa vision de la transition malienne, du colonel Assimi Goïta, de la CEDEAO, de la France et de la recrudescence des coup d’États en Afrique de l’Ouest…

    • lundi 09 mai
    • 14h01

      Cadre d’échanges : Un mois de silence pour rebondir ? Le Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie a à plusieurs reprises alerté sur le respect du chronogramme initial de la transition, qui prévoyait un retour à l’ordre constitutionnel le 25 mars 2022. Alors qu’il avait fait une proposition de prolongation de 9 mois, avec un nouveau CNT et un Premier ministre neutre, ce regroupement d’une soixantaine de partis se fait discret depuis un mois. Le 23 mars 2022, Dr. Modibo Soumaré de l’ARP, qui assurait la présidence tournante du Cadre, passait le témoin à Dr. Bocary Tréta du RPM, qui reprenait une 2ème fois le flambeau après avoir présidé le regroupement quelques semaines plus tôt. Depuis cette passation, qui s’est déroulée à 48h de « l’ultimatum » du Cadre pour la durée de la transition, le Directoire de ce dernier n’a plus effectué de sortie majeure et encore moins laisser entrevoir ses éventuelles actions futures pour amener les autorités de la transition à changer de cap. Dans sa dernière sortie, le 19 mars dernier, le Cadre se réservait le « droit d’user de tous les moyens légaux pour défendre la Constitution et la République si le 25 mars la situation politique déplorable de notre pays ne changeait pas ». Nouveau plan d’action À en croire son Porte-parole, l’ancien ministre Amadou Koita, le silence observé par le Cadre ces derniers temps s’explique principalement par le non-respect par les tenants du pouvoir du délai de la transition. « Le Cadre est en train de se réorganiser pour convenir de nouveaux objectifs. En principe, le samedi 7 mai 2022 nous devrions nous réunir pour adopter un plan d’action, revoir les stratégies développées et plancher sur l’atteinte des nouveaux objectifs qui seront fixés ». À l’issue de cette réunion, qui s’annonce comme le point de départ de la seconde phase de l’existence du Cadre, toutes les réflexions que les parties ont peaufinées durant le « temps de répit » seront mises sur la table. La rencontre marquera également la première action du nouveau Directoire, dont la tête, selon nos informations, devrait à nouveau revenir à l’ancien ministre Housseini Amion Guindo, Président de la Codem et de l’Alliance Espérance Nouvelle – Jigiya Koura. En se référant à la réaction de cette alliance au lendemain du passage du Premier ministre Choguel Kokalla Maiga devant le CNT, le 21 avril dernier, soit le rejet des 24 mois pour leu reste de la transition, les actions du Cadre, sous la direction du leader de la Codem, pourraient s’intensifier. Mohamed Kenouvi

    • 13h44

      Basket : Joël Embiid veut jouer avec les Bleus. En vue des JO de Paris 2024, Joël Embiid, considéré comme le meilleur joueur du monde à son poste, a enclenché des démarches administratives pour obtenir la nationalité française et pouvoir jouer avec les Bleus. L’information a été confirmée le 3 mai par Boris Diaw, manager général de l’équipe de France de basket. Le pivot de 28 ans, natif de Yaoundé, qui n’a jamais joué avec son pays d’origine, pourrait bénéficier chez les Bleus de la place de naturalisé par sélection qu’autorise la Fédération internationale de basket. Du haut de ses 2,13 m, le numéro 21 des 76ers a franchi un cap cette année en devenant le meilleur marqueur sur la saison régulière. Sous le maillot des Bleus, celui qui est également en course pour le titre du MVP en NBA serait un renfort de choix pour Vincent Collet, le sélectionneur des Vice-champions olympiques de Tokyo.

    • vendredi 06 mai
    • 13h35

      Coopération : l’Allemagne va arrêter la formation des FAMas. L’Allemagne va cesser de former des soldats maliens dans le cadre de la mission de l’Union européenne au Mali (EUTM), tout en restant disposée à contribuer à la Mission de maintien de la paix des Nations unies (Minusma) si les conditions sont réunies, a indiqué le 4 mai la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, après un Conseil des ministres à Meseberg, près de Berlin. « J’attends de l’Onu qu’elle crée les conditions nous permettant de continuer à participer à la Minusma. Nous sommes disposés à poursuivre notre mandat », a-t-elle déclaré, alors que le Bundestag (Parlement allemand) doit se pencher sur l’avenir de la présence militaire allemande au Mali courant mai. Les relations entre le Mali et l’Occident se sont nettement dégradées ces derniers mois, avec en toile de fond des relations de plus en plus tendues entre Bamako et Paris. Le 9 avril dernier, Christine Lambert s’était rendue au Mali pour se faire une idée claire de la situation actuelle dans le pays.

    • 13h07

      FinTech : La BECEAO ouvre un bureau de suivi. La Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (BECEAO) annonce la mise en place du Bureau de connaissance et de suivi des FinTech (BSCF). Le bureau a notamment pour mission de « promouvoir le secteur des FinTech en organisant des rencontres entre le Régulateur et les acteurs, devenus indispensables dans la transformation digitale et la promotion de l’inclusion financière ». Selon l’institution sous-régionale, le recensement effectué dans l’espace UEMOA en 2021 a permis à la banque de comprendre que les FinTech interviennent principalement dans la fourniture de moyens et services de paiement, notamment la distribution de monnaie électronique, le transfert d’argent et l’agrégation de paiements. Ces entreprises fournissent également des plateformes pour le commerce électronique, la gestion de données et les flux financiers. Pour faciliter le développement de ces structures au sein de l’Union, le BSCF est chargé notamment de recueillir et de traiter les demandes d’information et d’entretien avec le Régulateur, ainsi que tous les sujets d’intérêt commun en lien avec les innovations technologiques et la régulation du secteur financier. L’ouverture de ce Bureau s’inscrit dans le cadre de la promotion des initiatives en faveur des innovations financières. Fatoumata Maguiraga

    • 13h03

      Cedeao : Les chefs d’État-major réunis les 5 et 6 mai à Accra. Une réunion extraordinaire du Comité des chefs d’état-major de la Cedeao se tient du 5 au 6 mai 2022 à Accra au Ghana. Au centre des discussions, la mise en œuvre des recommandations issues de leur 41ème session, tenue à Abidjan du 17 au 19 novembre 2021. Elle était consacrée à l’analyse de la situation sécuritaire régionale, du fait des attaques terroristes et de la multiplication des actes illicites en mer. À son issue, certaines recommandations avaient été formulées. Il s’agissait du renforcement opérationnel des forces des pays de la ligne de front contre le terrorisme, à travers la formation et l’acquisition de matériels spécifiques, mais aussi du renforcement des capacités logistiques des forces de ces pays et du soutien financier à la planification et à la conduite des opérations conjointes le long de leurs frontières. La Commission de la Cedeao devrait apporter un appui dans l’organisation de l’opération conjointe entre le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Niger et le Togo. Durant leurs travaux, les Chefs d’État-major des Armées de la Cedeao discuteront des priorités d’appui opérationnel et logistique et des modalités d’allocation de ces capacités aux États concernés. Pour rappel, le Comité des Chefs d’État-major est un organe institutionnel de la Cedeao chargé de la prévention et la gestion des conflits dans la région regroupant l’ensemble des Chefs des Armées des 15 États membres de l’organisation ouest-africaine.

    • mercredi 04 mai
    • 09h18

      Une nouvelle plateforme juridique pour la FIFA. Dans son processus de modernisation de son cadre réglementaire, la FIFA a créé « un portail juridique de gestion de l’ensemble des procédures engagées auprès du Tribunal du Football et des organes juridictionnels », a-t-elle annoncé lundi dernier. La nouvelle plateforme remplacera le système actuel basé sur l’échange de courriels. Elle permettra « aux parties prenantes du football (clubs, joueurs, associations membres, intermédiaires, cabinets d’avocats mandatés et tout individu impliqué dans une procédure) de déposer une plainte devant l’organe décisionnel ou juridictionnel de la FIFA compétent ». Dès son entrée en vigueur, le 1er mai prochain, même « si les procédures seront toujours régies par les Règlements de la FIFA applicables », les communications, dépôts, décisions et documents seront dorénavant traités via le nouveau portail. Cette démarche vise à simplifier le dépôt et la gestion des plaintes et à renforcer la transparence et la traçabilité des procédures. A.A.A

    • mardi 19 avril
    • 11h43

      Politique – PAG: le Premier ministre de la transition a présenté le 30 juillet dernier son Plan d’action gouvernemental (PAG) pour la « refondation du Mali ». Bientôt neuf mois après, son état d’exécution paraît stagnant. Choguel Kokalla Maïga sera d’ailleurs le 21 avril devant le Conseil national de transition pour présenter ses résultats. Le Plan d’action présenté par le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga devait normalement être exécuté en neuf mois, au plus tard au mois de mars 2022, à la fin des 18 mois initiaux de la transition. L’exécution du PAG et son chronogramme détaillé semble être passés au second plan, alors que les autorités tentent toujours d’obtenir un accord avec la CEDEAO. « Les échanges en cours avec la CEDEAO ne devraient en aucune manière constituer un facteur de blocage de notre processus de refondation », a rappelé le Colonel Malick Diaw, Président du CNT, lors de la rentrée parlementaire, le 4 avril.

    • vendredi 08 avril
    • 15h34

      Mopti : la région a reçu trois groupes électrogènes. Suite aux coupures d’électricité intempestives à Mopti, qui irritaient la population, la région a réceptionné le 6 avril, trois groupes électrogènes. La cérémonie de réception a été présidée par le gouverneur de la région le Colonel major Abass Dembélé, en présence du Directeur Général de la société Energie du mali (EDM Sa), Oumar Diarra. Lors des échanges entre les autorités locales et régionales, il a été question d’adopter des solutions à court, moyen, et long terme sur la problématique d’électricité de façon générale au Mali et particulièrement à Mopti. Après de longues manifestations, la population a enfin obtenu gain de cause. Lors d’un rassemblement tenu le 1er avril, les citoyens de la Venise malienne ont lancé un vibrant appel aux acteurs et autorités respectifs pour remédier à la problématique de coupure intempestive d’électricité dans la région de Mopti et à Sèvaré.

L’Hebdo - édition du 26.01.2023
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité