L’info en continu

    • mardi 04 avril
    • 17h48

      DDR : Le Directeur National du DDR, Zahabi Ould Sidi Mohamed a annoncé ce mardi que le démarrage des DDR-Démobilisation, Désarmement et Réinsertion aura lieu dans deux semaines. D’après lui, tout est fin prêt pour lancer le processus. Sur les 24 sites de cantonnement proposés, 21 ont été évalués, dont 17 sites déjà validés par la Commission Technique de Sécurité, dirigée par la MINUSMA. Parmi ceux-ci, trois premiers (Likrakar, région de Tombouctou; Fafa, Région de Gao et Inaggar, Région de Ménaka) ont été réalisés par l’UNOPS, partenaire de mise en œuvre. Par ailleurs, trois centres de cantonnements ont été installés dans la région de Mopti, précisément à Tenenkou, à Douentza et à Bankass et seraient prêts à accueillir des combattants.

    • 09h00

      Grève des travailleurs de la santé : Le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, a été reçu hier en début de soirée par le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita. La grève du personnel de la santé a été l’un des sujets sur lesquels les deux personnalités ont longuement échangé. Le chef de file de l’opposition était venu demander au président de la République qu’une solution soit rapidement trouvée à ce problème national. « La grève perdure au niveau des médecins. Je suis venu m’entretenir avec le président de la République sur ça. Je suis venu lui demander de porter un œil bienveillant sur cette situation, et surtout de voir comment avec son cabinet, avec le gouvernement, on peut aider à trouver une solution le plus rapidement possible », a-t-il confié à la presse à sa sortie d’audience.

    • lundi 03 avril
    • 12h16

      Les religieux demandent l’aide de la population pour retrouver la Sœur Cecilia Les évêques catholiques du Mali lancent un appel au grand public pour les aider à obtenir la libération de la Sœur Cecilia Argoti Narvaez enlevée la paroisse de Karangasso le 7 février dernier. Presque deux mois plus tard, il n’y a toujours aucune nouvelle de la religieuse et aucune revendication n’a encore été faite. « Nous explorons toutes les voie possibles pour obtenir la libération de la sœur Cecilia et appelons les fidèles à continuer à prier pour elle » a exhorté le père Edmond Dembélé, secrétaire général de la conférence épiscopale du Mali. « Certains pensent que des bandits dans la région ont enlevé la sœur dans l’espoir d’obtenir une rançon, et maintenant ils ne savent pas comment gérer la situation et d’autres pensent que les djihadistes l’ont enlevée » continue le père Dembélé. Il a également demandé au public et aux médias d’aider à prendre contact avec ses ravisseurs. Le diocèse recherche également des intermédiaires avec les ravisseurs. Le mois dernier, le gouvernement colombien a envoyé deux gendarmes afin de se joindre aux enquêteurs locaux à la frontière avec le Burkina Faso. Cela fait déjà douze ans que la sœur Cecilia est au Mali, elle s’occupait surtout des enfants orphelins jusqu’à son enlèvement.

    • 08h29

      Grève des enseignants : Le Collectif de sept syndicats de l’éducation maintient sa marche du 5 avril 2017 sur l’Assemblée nationale aux fins d’exposer au président de l’institution ses préoccupations avec en point de mire le statut autonome des enseignants.

    • dimanche 02 avril
    • 12h08

      Le « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans », organisation jihadiste née de la récente fusion de plusieurs groupes du Sahel, a revendiqué ce samedi 1er avril une attaque menée le 29 mars contre un poste de la gendarmerie malienne, selon le centre américain de surveillance des sites djihadistes SITE.

    • vendredi 31 mars
    • 16h12

      Une délégation de la commission de la Conférence d’Entente Nationale s’est rendue aujourd’hui à Kidal. Elle a pour mission de recueillir l’avis et les propositions des populations locales .

    • 15h17

      Barkhane : Mercredi 29 mars 2017, vers 10H30, alors que la force Barkhane réalisait une formation en secourisme et en police judiciaire au profit de la CSMAK (Coordination Sécuritaire Mixte de l’Azawad à Kidal), une détonation a retenti aux abords de la ville. Après avoir mené une observation à partir des toits des bâtiments du camp de la CSMAK, les soldats ont rapidement identifié le lieu de l’explosion. La détonation provenait d’un point d’eau situé à 1500 mètres à l’est du camp où se rassemblent des troupeaux venant du nord de la ville. Une patrouille de la CSMAK, sous le commandement du commandant Habib Ag Babahmed, s’est immédiatement rendue sur les lieux, dans le cadre de son rôle de force de sécurité publique de la ville de Kidal. Arrivé sur place, le chef de détachement a fait rapatrier sur leur camp quatre bergers blessés par l’explosion d’un obus de 23 mm qu’ils avaient tenté de déplacer. Une assistance médicale a été demandée à la force Barkhane qui a aussitôt dépêché un médecin et des infirmiers afin de dispenser les premiers soins. Les victimes ont été rapidement transférées par la CSMAK et Barkhane vers l’hôpital de la MINUSMa.

    • 10h39

      Au Mali, L’état d’urgence continu sans interruption depuis 16 mois. Il a été prolongé à partir de vendredi pour au moins dix jours, a annoncé le gouvernement dans un communiqué. Cette mesure d’exception a été instaurée à plusieurs reprises dans le pays depuis l’attaque jihadiste contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre 2015 (20 morts, outre deux assaillants tués).Il avait pour la dernière fois été prorogé de six mois le 30 juillet 2016. Cette prolongation a permis de “renforcer davantage les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroître les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité” ainsi que “d’assurer la mise en œuvre diligente des procédures juridictionnelles liées aux actes et aux menaces terroristes”, selon le communiqué publié le jeudi soir. Le gouvernement reconnaît néanmoins “la persistance de la menace terroriste au Mali et dans la sous-région, ainsi que des risques d’atteinte à la sécurité des personnes et de leurs biens”. L’état d’urgence ayant expiré le 29 mars, “il est jugé nécessaire de le déclarer à nouveau pour une durée de 10 jours à compter du vendredi 31 mars 2017 à minuit”, selon le texte, précisant que “sa prorogation interviendra si l’évaluation de la situation sécuritaire le justifie”.

    • jeudi 30 mars
    • 12h14

      Deuxième division turque Les Maliens à l’honneur Pour la première fois, trois joueurs maliens figurent dans l’équipe type de la 25è journée de la 2è division turque, et font largement parler d’eux. Pour sa toute première titularisation sous les couleurs de Bandırmaspor, Mamadou Fofana, 19 ans, a été crédité d’un très bon match en déplacement face à Ümranıyespor (0-0), samedi, lors de la 25è journée de la D2 turque. Son club a ramené un point précieux dans la lutte pour le maintien. Auteur d’un doublé avec Elazığspor face à Adana Demirspor (4-2), dimanche, Hamidou Traoré, « Dou », 20 ans, qui comptabilise désormais 5 buts dans ce championnat, figure également dans ce onze-type de PTT 1. Lig pour le compte de la 25ème journée. Prêté jusqu’à la fin de la saison, Famoussa Koné, s’est aussi illustré avec son équipe de Samsunspor en battant Altınordu (2-0). Le jeune attaquant malien de 22 ans a inscrit 4 buts cette saison dans ce championnat.

    • 12h11

      Veille citoyenne sur la situation sécuritaire Violation des droits humains, enlèvements, braquages, viols et vols de moto sont le bilan de quatre mois de travail d’observation des Comités de veille citoyenne (CVC) dans les régions de Gao, Tombouctou, Mopti et Kayes, publié lundi 27 mars 2017. Axé sur l’évolution de la situation sécuritaire et la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, le projet dit de mobilisation des acteurs de la société civile en matière de gouvernance de la sécurité a été prolongé de trois mois. Il pourrait s’étendre sur de nouvelles régions, comme celle de Kidal. Piloté par la Coalition nationale de la société civile pour la paix et la lutte contre la prolifération des armes légères (CONASCIPAL), les acteurs du projet souhaitent, à terme, concevoir un livre blanc destiné à l’ensemble de la société civile malienne sur la paix et la sécurité. Une première au Mali, qui pourrait permettre à la société civile de jouer pleinement son rôle dans le processus de paix. Pour le Dr Mariam Djibrila Maïga, directrice exécutive de la CONASCIPAL, les recommandations du livre blanc permettront de prendre véritablement en compte les attentes des populations.

    • mercredi 29 mars
    • 19h00

      Conférence d’entente nationale : Après les exposés, mardi 28 mars, des représentants des différentes régions notamment du nord, Kidal étant la seule absente, des maliens de l’extérieur, des refugiés, les travaux ont repris pour ce troisième jour de conférence. Trois groupes de travail ont travaillé sur la problématique de la paix, de l’unité et de la réconciliation. Des groupes de travail qui reprendront le travail demain jeudi pour approfondir ces thèmes Le terme Azawad s’est de nouveau invité dans ces échanges mais les avis divergeaient sur la question. Mahamadou Djeri Maiga , vice Président de la CMA, pense pouvoir convaincre de la pertinence de la thèse qu’il défend. « la CMA va défendre ses idées » a t-il dit, avant d’appeler à mettre « le Mali au dessus de tout ». Pour les groupes armés de la Plateforme il faut intégrer les questions sécuritaires et judicaires aux groupes thématiques. Pour Haïbala Ag Hamzata, représentant de la plateforme, « Aujourd’hui, le problème fondamental que vive les maliens c’est un problème de sécurité, c’est un problème de justice et c’est ce qui a amené l’effondrement de l’Etat. »

    • 10h46

      Le Comité Exécutif National –SNESUP a déposé un préavis de grève illimitée qui commence à partir du 4 avril prochain. Cette position a été adoptée à l’issue de l’Assemblée générale tenue samedi dernier pour évaluer les premières 48 heures puis 72 heures de grève observées plus tôt, et décider de la marche à suivre.

    • 10h40

      Le poste de la gendarmerie de Boulikessi (Mopti) a subi une attaque hier dans la nuit aux environs de 23 h. Le bilan provisoire faisait état de 2 morts et 1 gendarme disparu.

    • 10h11

      Conférence d’entente nationale : Les groupes de travaux de la Conférence d’entente nationale ont été constitués. Il s’agit des commissions paix, réconciliation et unité.

    • mardi 28 mars
    • 20h17

      400 millions de Fcfa pour amener les groupes armés à la Conférence d’entente nationale : Pour faire changer d’avis les groupes armés du nord, qui avaient signé quelques jours auparavant un communiqué commun pour dire qu’ils ne participent pas à la conférence d’entente nationale, à la veille de l’ouverture de  cette conférence, le gouvernement malien a longtemps discuté avec les leaders de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plate-forme à Bamako. « Lors des discutions entre gouvernement et groupes armés dans la nuit du dimanche au lundi dernier, les membres du gouvernement malien ont donné une somme  de 200 millions de Francs CFA aux leaders de la CMA et 200 autres aux leaders de la Plate-forme afin qu’ils acceptent de participer à la conférence d’entente nationale », nous apprend le site d’information Nordsudjournal.com dans un article publié mardi 28 mars.

    • 16h07

      Le syndicat de la justice a débuté ce jour une grève de 72heures. Un autre syndicat se prépare à aller en grève.

    • lundi 27 mars
    • 11h53

      La Conférence d’entente nationale s’est ouverte ce matin au palais de la culture. Baba Hakib Haïdara, président de la Conférence et le président IBK se sont succédé sur la scènedans deux discours qui ont donné le départ de cet événement. « Il nous faut construire l’indispensable compromis »[…] « Il nous importe aujourd’hui de construire la paix dans la confiance afin de maîtriser notre avenir » […] « Aujourd’hui nous sommes arrivés à une étape de notre histoire où il faut réfléchir au désordre qui menace le Centre, il nous faut nous concerter et nous accorder sur la meilleure manière de revitaliser notre vivre ensemble, ce sont les principales conditions de cette Conf d’entente nationale », a déclaré le chef de l’État. Il a regretté l’absence de l’opposition et de la CMA à la conférence, les mettant en garde contre des postures qui n’apportent rien à la démocratie et utilisant la référence familiale à leur adresse : « La maison familiale n’est jamais assez pleine pour recevoir chaque enfant du même père et de la même », ajoutant : « Les absents rattraperont le train ». Le président IBK a aussi annoncé qu’à l’issue de la Conférence d’entente nationale qui prendra fin le 2 avril prochain, sera produit une charte pour le paix et la réconciliation dont il fixera, via les recommandations recueillies, le cadre des modalités et un agenda pour mettre en application cette charte consensuelle.

    • 10h51

      Conférence d’entente nationale : À l’issu de la Conférence seront produits les éléments constitutifs de la charte. La rédaction de cette charte et son approbation se feront dans un autre cadre, selon Baba Akhib Haidara, président de la conférence.

    • 10h06

      L’ancien champion du monde d’échecs, le Russe Garry Kasparov, souhaite former à ce jeu un million d’enfants africains en cinq ans, un moyen qu’il juge « peu coûteux et très efficace » pour améliorer les compétences des élèves.

    • 10h05

      Conférence d’entente nationale : La conférence d’entente nationale a débuté ce matin en l’absence des partis de l’opposition et de la CMA. Les mouvements pro-gouvernementaux de la plateforme participent finalement à l’événement. Cette conférence prendra fin le 2 avril prochain.

    • 09h33

      Grève illimitée des Etudiants maliens en Algérie L’accès de la chancellerie interdit à l’Ambassadeur et à son personnel La souffrance infligée aux Etudiants maliens en Algérie par le Consulat dépasse l’entendement. Loin des siens, les conditions financières de ces Etudiants appellent à une prise de conscience. Face à la situation de précarité grandissante, l’Association des Elèves Etudiants et Stagiaires Maliens en Algérie (AESMA) tire la sonnette d’alarme. Ayant quitté leur pays pour acquérir le savoir, ils sont nombreux à vouloir faire le chemin inverse sans aucun parchemin en poche. Et, pour cause, les moyens de subsistance que doit leur fournir l’Etat malien via le Consulat se font rares. Aller en Algérie pour acquérir le savoir, ils sont aujourd’hui nombreux les Etudiants qui bénéficient de la Bourse du Gouvernement à vouloir faire le chemin inverse sans obtenir leur Diplôme de fin d’Etudes. Car, ils manquent cruellement d’argent pour subvenir à leurs besoins.

    • 08h39

      Le gouverneur de Mopti interdit la circulation en moto dans la région Interdiction de circuler en moto dans la région de Mopti, c’est le gouverneur de la zone qui a pris cette décision pour lutter contre la recrudescence des terroristes dans la région qui utilisent ce moyen de transport pour disparaître rapidement. Ce n’est pas la première fois qu’une telle mesure est prise. Le gouverneur de la région de Ségou avait déjà interdit la circulation aux motos entre les villes de la région il y a quelques semaines. C’est au tour du gouverneur de Mopti, le colonel Sidi Samaké de prendre à peu près les mêmes dispositions. Les motos et les tricycles sont interdits de circulation la nuit entre 18h le soir et 6 h le matin entre les villes et villages de la région de Mopti.

    • 08h10

      Mali – Macina : des affrontements entre moudjahidines à milices Dozo (Zalaqa) Selon un communiqué de Zalaqa reçu à Alakhbar, des combats opposant, samedi dans le Macina au centre du Mali, des moudjahidines à des milices Dozo appuyées par l’armée malienne. Plusieurs dizaines de membres des milices Dozo ont été tuées ou blessées ». Aucun bilan relatif aux djihadistes n’a été donné. Les moudjahidines « ont emporté des dizaines de vélos, des armes et des minutions. Ils ont également brûlé des vélos et des véhicules appartenant aux milices Dozo », a noté Zalaqa.

    • 07h31

      Mali:Dix djihadistes tués et 8 arrêtés dans une vaste opération de l’armée dans le centre du pays Dix djihadistes ont été tués et 8 autres arrêtés dans une vaste opération des forces armées maliennes (FAMA) dans le centre du Mali, a annoncé dimanche la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA). L’opération a été menée samedi de Sévaré à 20 km de Kouakourou (cercle de Djenné, région de Mopti), a précisé la DIRPA. L’armée a aussi annoncé la saisie des tenues militaires, des documents et 8 motos. Du côté des FAMA, on déplore deux blessés et un véhicule endommagé suite à l’explosion d’une mine, a indiqué la DIRPA.

    • jeudi 23 mars
    • 16h00

      Mali : 10 personnes tuées dans des affrontements inter communautaires. Des affrontements sont survenus mercredi 23 mars en début de soirée, entre Donsos et éleveurs Peuls, au moins 10 personnes ont trouvé la mort et 14 blessés évacués à Niono, dans le centre du Mali, à Sokolon, une localité située à plus de 300 kilomètres au nord de Bamako a appris une source au ministère de la sécurité.

    • 11h59

      Le procès en diffamation intenté par le président de l’Assemblée nationale contre le directeur de publication du journal privé Le Figaro du Mali s’est ouvert ce mercredi à Bamako. Il doit se poursuivre la semaine prochaine. Plus d’une heure de débats, les avocats des deux parties sont polémiques. Le président du tribunal invite les deux avocats à rentrer dans le fond du dossier. Le journaliste maintient ses informations et réfute avoir diffamé le président de l’Assemblée nationale qui a porté plainte. Les avocats du plaignant demandent au journaliste d’apporter la preuve que leur client a été effectivement surpris en flagrant délit d’adultère dans son bureau. Son avocat a demandé un report du procès, le temps de citer des témoins explique maître Assane Diop à la fin de l’audience. « Nous avons décidé, on est contraints, de dévoiler la source de notre information, même si nous savons que la source du journaliste est protégée par la loi et nous avons demandé à ce que des témoins comparaissent pour être confrontés aux personnes concernées ». Le procès reprendra la semaine prochaine avec probablement des rebondissements

    • 10h07

      57 milliards de dollars pour l’Afrique C’est une enveloppe substantielle que la Banque mondiale a annoncé, dimanche 19 mars, avoir mis à la disposition des pays d’Afrique subsaharienne. 57 milliards de dollars seront injectés sur une période de trois années dans des investissements divers. L’essentiel de ce montant, soit 45 milliards de dollars, proviendra de l’Association internationale de développement (AID), son agence qui accorde des dons et des crédits à taux zéro aux pays les plus pauvres. 8 milliards de dollars seront composés de financements privés par le biais de la Société financière internationale (IFC), une autre antenne de la Banque mondiale, et 4 milliards seront issus de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), la filiale de la Banque dédiée aux pays à revenu intermédiaire, précise le communiqué de l’institution, citant le Président Jim Yong Kim. 448 projets déjà en cours sur le continent africain bénéficieront de ces nouveaux fonds mis à disposition par l’AID. Ils sont essentiellement dans les domaines de l’éducation, des services de santé de base, de la propreté de l’eau et de son traitement, de l’agriculture, du climat des affaires, des infrastructures et des réformes institutionnelles. L’Afrique subsaharienne représente à elle seule la moitié des pays éligibles aux financements de l’AID.

    • 10h04

      Sélingué prêt à accueillir son festival La commune rurale de Baya et son chef-lieu Sélingué vivent depuis quelques jours déjà dans l’effervescence des préparatifs de la 7è édition du Festival international de musique urbaine et mode. L’édition 2017 se tiendra du jeudi 23 au dimanche 26 mars sur les berges du fleuve Sankarani à quelques 135 kilomètres de Bamako. Avec son barrage hydro-électrique et ses périmètres irrigués, Sélingué, malgré l’insuffisance d’infrastructures d’hébergement, va être, le week-end prochain, la capitale malienne de la musique et de la fête. Plusieurs artistes nationaux et internationaux sont attendus sur la scène où auront également lieu plusieurs défilés de mode. Le thème central de cette édition est la culture de la paix. Également au programme, des conférences de sensibilisation sur la sécurité routière. Selon l’administrateur du festival Ibrahim Coulibaly, « c’est l’occasion pour les jeunes et les femmes de s’organiser pour mener de nombreuses activités génératrices de revenus ». Le festival, qui se tient avec une forte adhésion des autorités locales, a pour parrain l’ancien Premier ministre Mohamed Ag Hamani, actuellement président du Conseil d’administration de la BDM.

    • 10h03

      Deuxième emprunt obligataire pour le Mali Après une première opération réussie en avril 2016, l’État du Mali lance un nouvel emprunt obligataire à destination du grand public, dont la période de souscription s’ouvre ce jeudi 23 mars pour finir le 14 avril inclus. Par cette opération, l’État souhaite lever une somme de 100 milliards de francs CFA afin de financer des projets d’infrastructures routières à l’intérieur du pays ainsi que des aménagements agricoles. Chaque souscripteur peut acheter auprès des banques et intermédiaires financiers des obligations à 10 000 francs CFA l’unité, dont le taux d’intérêt est de 6,50% par an, pendant 7 ans.

    • mercredi 22 mars
    • 12h15

      De l’eau pour la population de Sabalibougou Le représentant du ministre du développement industriel a inauguré ce mercredi une unité solaire d’adduction d’eau. D’un cout de 16 millions de FCFA, cette unité est un don de la société nationale des tabacs et allumettes du Mali (SONATAM), elle devrait être une alternative pour la population de Sabalibougou en Commune V du district face à la pénurie d’eau qui les touche.

L’Hebdo - édition du 06.08.2020
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité